Athens mayor announces migrant reception center

first_imgA reception center for illegal immigrants will be built in the broader area around central Athens Mayor Giorgos Kaminis announced Friday following a meeting with Public Order and Citizens’ Protection Minister Nikos Dendias.Kaminis said the creation of such a center within the geographical boundaries of the City of Athens was aimed at rejuvenating the crisis-hit city and strengthening social cohesion. The unchecked influx of unregistered immigrants is seen as contributing to crime in Athens.“We need urgent moves to enhance the people’s feeling of security,” said Kaminis, who has been at the helm of the city since 2010.The creation of these centers, Kaminis said, will hopefully set an example for other municipalities that have been reluctant to host similar facilities.Dendias said the measure was necessary to discourage clandestine immigrants from entering the country.Source: Kathimerini Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more


Government planning council of wise men to tackle tax evasion

first_imgThe government is planning the creation of a “committee of wise men” to crack down on widespread tax evasion, which continues to thwart Greece’s efforts to emerge from its debt crisis.The former head of National Bank, Vassilis Rapanos, is slated to head the new body, Kathimerini understands. According to sources, Rapanos, who nearly assumed the post of Finance Minister in June before health problems prompted him to bow out, has been offered the post but has yet to give his response. The aim of the committee would be to overhaul the country’s tax administration to more efficiently target tax evasion. Both Prime Minister Antonis Samaras and Finance Minister Yannis Stournaras stressed the importance of curbing tax evasion on the sidelines of a European Union leaders’ summit in Brussels at the end of last week where a decision was made to approve the release of some 50 billion euros in rescue loans to Greece. At the same time, ministry officials in Athens submitted to Parliament the first of two tax bills aimed at boosting much-needed revenue. The second bill, to be unveiled early next year, is expected to bring a more radical overhaul of the tax system as well as substituting suspended sentences for large-scale tax evaders with immediate jail terms. Addressing a health sector conference on Saturday, Stournaras described this second bill as “the heavy tax law,” adding that despite the progress made by authorities so far “the road ahead remains long and steep.” Representatives of Greece’s troika of foreign creditors – the European Commission, European Central Bank and International Monetary Fund – are reportedly aware that there is little scope for further tax hikes on austerity-weary Greeks and have emphasized the importance of the authorities finally launching an effective crackdown on tax evasion.According to sources, German Finance Minister Wolfgang Schaeuble told Stournaras in Brussels “do something about tax administration reform and tax evasion.” In an interview with Kathimerini, the European Commissioner overseeing taxation issues, Algirdas Semeta, said Greece could boost annual revenue by around 10 billion euros if it limited tax evasion to the EU average. Samaras, whose shaky coalition government appears to have been buoyed by last week’s loan decision, is now turning his attention to tackling two of the fundamental sources of the crisis – tax evasion and a lack of growth. He is expected to discuss both issues, along with efforts to push forward stalled privatizations, in scheduled talks tomorrow with his coalition partners, Evangelos Venizelos of PASOK and Fotis Kouvelis of Democratic Left. The provisions of a tax bill that was submitted to Parliament last week and is expected to be voted on after the holidays will also be on the agenda of talks, as well as general political upheaval. There are fears that support for the parties in the coalition will plummet in opinion polls early next year when fresh cuts to salaries and pensions are felt. The main leftwing opposition SYRIZA, which opposes the terms of Greece’s bailouts, is currently leading in polls. Source: Kathimerini Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more


Banks told to maintain tight lending rules

first_imgWith interest rates at record lows, banks and other lenders have been warned by the Reserve Bank and the Australian Prudential Regulation Authority not to loosen their lending standards to win customers.The RBA said “it was especially important that banks maintained prudent lending standards.”APRA chairman John Laker said: “There is broader risk that institutions will come under pressure to lower their lending standards to either protect market share or acquire market share.”The International Monetary Fund has called for greater lending restrictions.Source: Australian Financial Review Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img


Universities face upheaval as staff to strike

first_imgGreek universities are in for a new spell of upheaval as administrative staff are to walk off the job from Tuesday as part of a two-day strike called by their national union to protest the imminent dismissal of colleagues as part of the government’s civil service overhaul.The walkout, which could disrupt students’ chances of completing the winter semester, is being held “as a warning” to the government, unionists said over the weekend, referring to the fact that dozens of staff face dismissal at the end of this month when an eight-month evaluation period is set to expire. At the end of the assessment period, in accordance with troika-imposed reforms, the employees will either be transferred to another post in the civil service or fired.A three-month strike at the end of last year by staff at Athens University and the National Technical University of Athens (NTUA) threw the two institutions into disarray. Athens University staff have said they will assemble in front of the main faculty building in central Athens this week and block its entrance.Similar protests are expected at other faculties across the country.Universities were subject to a different kind of upheaval last week when hooded thugs stormed the campuses of the NTUA and the Athens University of Economics and Business (AUEB) during student elections and vandalized windows and tables as well as threatening staff and students. An academic at the NTUA was injured.Source: Kathimerini Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more


Coming soon bilingual signage

first_img Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagram Bilingual signage will now be implemented on Lonsdale Street to give tourists and locals alike an indisputable sign that they’re entering the historic Greek precinct.Neos Kosmos can reveal the Andrews government is currently working on drafting policy to see the Greek precinct and a number of other culturally significant areas in Victoria introduce bilingual signage.A spokesperson for Premier Daniel Andrews says the idea is something the government is “very keen to see done” and has it “in the pipeline”.“We absolutely support bilingual signage in the Greek precinct, but we’re working towards something more broad where we can see that rolled out in other precincts around Victoria,” the spokesperson said. The government is currently working on costings and briefing city councils on the measure before it announces the policy to the public.The idea was championed by opposition leader Matthew Guy, who was impressed by the integration of bilingual signage in Montreal, Canada.He felt the idea would work well with Melbourne’s multicultural dynamic and believes it sends a clear message of the heritage of the area to visitors.“I think if you have bilingual signs throughout, it actually tells anyone walking through that area that this is the Greek precinct,” he tells Neos Kosmos. Mr Guy would like to see the signage include shop fronts and street signs to really give a Greek flavour to Lonsdale Street.He feels that other precincts enjoy more recognition thanks to their impressive signage and presence.“When you look at Little Bourke Street and Chinatown, it’s very well defined, they know what Chinatown is when they’re down there,” he admits.“The Greek precinct, because it’s on Lonsdale Street and on bigger roads, it’s not too defined and I think signage around the precinct will help massively. “It will certainly have a great impact on that whole area.”While many might argue that the Greek precinct has failed to keep Greek Australian crowds, Mr Guy believes that bilingual signage could benefit other Greek areas of Melbourne. He will be voicing the idea in the suburb of Oakleigh, hoping to convince Monash Mayor Paul Klisaris in the next couple of weeks when he attends a Greek festival there.“My view is that Oakleigh is a special place for Greeks in Melbourne, so if we can make it work it will be great to see it in Oakleigh.”No word has been given yet on when the state government will announce or implement the initiative.last_img read more


Francefr devra prendre un nouveau départ

first_imgFrance.fr devra prendre un nouveau départFrance – Le portail France.fr devait être un support permettant de témoigner du rayonnement de notre beau pays dans le monde. Le problème est que le site est paralysé depuis le 14 juillet, jour de son lancement. Un second démarrage est prévu pour la deuxième quinzaine d’août.France.fr était attendu au tournant et le portail a déçu. Indisponible depuis sa phase de lancement, le site souffre de maux profonds, officiellement de problèmes de configuration de serveurs. Les internautes souhaitant visiter, vivre ou se renseigner tout simplement sur la France, devront attendre la deuxième quinzaine d’août, date du prochain démarrage. Cette phase prendra davantage de temps puisqu’il faut désormais respecter les délais de procédures des marchés publics (en plus du changement d’hébergeur, vérification des liens…). En outre, le Service d’Information du Gouvernement confie que le site “sera doté d’une dimension participative en novembre.” Patience, donc.Le 23 juillet 2010 à 09:11 • Emmanuel Perrinlast_img read more


Tanzanie un projet dautoroute menace la grande migration

first_imgTanzanie : un projet d’autoroute menace la grande migrationTanzanie – Un projet d’autoroute pourrait voir le jour dans le parc national du Serengeti, en Tanzanie. Une route qui couperait le chemin des troupeaux de gnous, de gazelles et de zèbres, qui migrent chaque année à la recherche d’eau.Tous les ans, des centaines de milliers de gnous, zèbres et gazelles quittent le parc national du Serengeti, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, pour migrer vers la réserve frontalière de Masai Mara, au Kenya. Un événement extraordinaire et unique au monde, auquel viennent assister de nombreux touristes. Mais cette grande migration se voit aujourd’hui menacée par un projet de construction d’autoroute, qui doit relier la ville d’Arusha au nord-est de la Tanzanie à la ville de Musoma, située au bord du lac Victoria.Cette route, si elle voit le jour, coupera le nord du parc national du Serengeti. Sur les 480 kilomètres de la future autoroute, 50 traversent le chemin pris par les animaux lors de leur migration. Pour répondre à l’inquiétude des défenseurs de l’environnement, le président tanzanien Jakaya Kikwet qui refuse de renoncer au projet, propose de laisser une partie de la route non goudronnée, afin de préserver la grande migration. Une solution qui ne satisfait évidemment pas les opposants au projet.Comme le soulignent les experts de la Société zoologique de Francfort (SZF), mobilisés contre la construction de l’autoroute, la rivière Mara, au Kenya, est le seul point d’eau permanent pour les gnous, zèbres et gazelles qui y migrent chaque année. Or d’après l’association, si les gnous ne pouvaient plus atteindre cette rivière, leur population pourrait diminuer de façon catastrophique,  passant de 1,3 million aujourd’hui à seulement 200.000 individus. La SZF évoque également les risques d’une augmentation de la contrebande, comme la possible introduction de maladies et d’espèces invasives via la route.Les opposants au projet ont proposé un nouveau tracé pour la route, qui passe par le sud du parc.Le 22 août 2010 à 18:13 • Emmanuel Perrinlast_img read more


Rallier le Pacifique via lArctique rêve ou réalité

first_imgRallier le Pacifique via l’Arctique : rêve ou réalité ?Les navigateurs ont toujours cru à l’existence d’un passage, une route fixe, qui aurait permis de contourner le continent américain par le nord et de rejoindre directement l’océan Pacifique. Mais la fonte de la banquise, manifestation dramatique du changement climatique, rend la cartographie de cette région presque impossible. L’étendue de glace varie sans cesse au fil des saisons, d’année en année. Les explorateurs ont été aidés par les Inuits qui, sans assistance satellite, parviennent à s’orienter dans ces étendues d’eau et de glace. Ce don unique est indispensable dans ces régions où gel et dégel surviennent sans prévenir. Une des clés de ce talent consiste à observer la réflexion de la lumière sur la glace, à l’horizon. La lumière, réfléchie, est visible sur les côtés des nuages bas et indique que de la glace est présente dans cette direction. C’est la même méthode qu’utilisent les marins qui observent les nuages qui comportent des stries sombres, indiquant la présence d’eau en dessous. Malgré cette aide, la recherche de ce passage au nord était restée vaine. En 1795, après deux siècles d’investigations, il fut décrété qu’aucune route n’existait. Ou, alors, si elle existait, la traversée permettant de rejoindre l’Atlantique par le Pacifique prendrait des années car les navires resteraient parfois figés par la glace pendant des mois.Cependant, en 2008, grâce à la diminution de la couche de glace, le premier bateau commercial a réussi à se frayer un chemin le long des côtes. Avec la fonte de la banquise, conséquence du changement climatique, les navigateurs pourraient parvenir à longer cette route. Le 7 novembre 2010 à 16:34 • Emmanuel Perrinlast_img read more


Le réchauffement des eaux amplifierait leffet de serre

first_imgLe réchauffement des eaux amplifierait l’effet de serreLe réchauffement global des océans du monde pourrait amplifier le phénomène d’effet de serre. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Australian Antarctic Division d’Hobart suggère qu’une part non négligeable du dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère, proviendrait des mers du globe. Après les transports, l’industrie et l’agriculture c’est au tour des océans d’être au cœur de l’attention des experts de l’effet de serre. Et pour cause, ces importantes réserves de dioxyde de carbone (CO2) inquiètent depuis quelque temps les scientifiques qui étudient l’action du réchauffement des eaux. À lire aussiPourquoi l’eau des océans est-elle salée ?Selon eux, 30 % des émissions de CO2 liées à l’activité humaine sont capturés par les eaux des océans et stockés dans les profondeurs. Ce phénomène permet de ralentir le réchauffement de la planète. Cependant, la tendance pourrait complètement s’inverser après la hausse significative de la température des eaux de la planète. Pour estimer l’impact du réchauffement des océans sur l’effet de serre, des chercheurs de l’Australian Antarctic Division d’Hobart ont dans un premier temps cherché à déterminer les données climatiques depuis la fin du dernier âge glaciaire. Pour ce faire, ils ont analysé les bulles de CO2 emprisonnées dans des carottes de glace, puis ont comparé leurs mesures avec des records de températures atmosphériques provenant de la même période. L’analyse de ces résultats montre que lors d’une hausse de température, les eaux du globe émettent du CO2, aggravant le phénomène de réchauffement. Cette réaction avait déjà été expliquée par de précédentes études mais celles-ci suggéraient qu’elle ne s’appliquerait pas avant 400 à 1300 ans. La nouvelle analyse, présentée récemment lors d’une conférence à Cairns estime avec une plus grande précision que le phénomène décrit pourrait se produire bien plus tôt, dans plus ou moins 200 ans.Le 30 avril 2011 à 15:17 • Maxime Lambertlast_img read more


Les microclimats au service de lagriculture mondiale

first_imgLes microclimats au service de l’agriculture mondiale ?Et si l’Homme s’aidait du climat au lieu de le subir ? Des scientifiques israéliens ont mis au point une technique d’utilisation des images satellites afin d’aider à prévenir les agriculteurs d’un changement de climat à petite échelle et à améliorer leur productivité. Économiquement intéressante, cette technique pourrait également aider à résorber le problème de la Faim à plus grande échelle.Près d’un milliard de personnes dans le monde ne mangent pas assez pour s’assurer une  bonne santé. Plus des trois quart de la population souffrant de la faim dans le monde vit en Asie, en Afrique et dans le Pacifique. Le climat et les techniques agricoles dans ces régions jouent un rôle énorme dans cette pénurie alimentaire. Les récoltes sont très fragiles et peuvent être dégradées pour un changement environnemental minime. La vermine, les pathogènes et les mauvaises herbes provoqueraient la perte de plus de 40 % des approvisionnements alimentaires mondiaux, d’après la FAO. Et l’avenir se révèle d’autant plus inquiétant au vu de l’explosion démographique qui s’opère depuis le siècle dernier. La FAO a déclaré que la production mondiale de nourriture devait augmenter de 70 % d’ici 2050 pour subvenir aux besoins des futurs 9,1 milliards d’individus qui peupleront la planète.À lire aussiDengue : symptômes, traitement, prévention, où en est-on ?Des scientifiques israéliens se sont donc penchés sur les dysfonctionnements de l’agriculture face au climat. Ils ont réussi à développer un système, publié dans le Bulletin de l’American Meteorological Society en Septembre, utilisant des images satellites pour anticiper ou tout du moins, observer les changements climatiques qui peuvent s’opérer dans une région. Plutôt que d’analyser le climat et la topographie de grandes portions de terres, le nouveau système divise les champs en microclimats plus petits aidant les agriculteurs à mieux travailler sur chaque lot individuel. D’après Uri Dayan, un climatologue de l’Université Hebrew à Jérusalem, il permet même de savoir quel est le meilleur moment pour planter les graines et quelle culture est la mieux adaptée selon le terrain. Ainsi les récoltes pourraient être maximisées pour nourrir le plus de monde possible. Ces nouvelles données pourraient laisser entrevoir un affinage des modèles météorologiques et de l’agriculture qui y est liée et faire espérer des solutions à plus grande échelle.Le 25 janvier 2012 à 13:45 • Maxime Lambertlast_img read more